Comment élever les règles du remède de grand-mère ?

5

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’est penché sur l’avenir proche dans un entretien avec le journal allemand Bild (uniquement pour les abonnés). Selon elle, la vie normale ne peut revenir qu’une fois qu’un vaccin a été trouvé contre le coronavirus. Elle s’attend à ce que ce soit le cas d’ici la fin de l’année. Ce faisant, elle est plus optimiste que l’Agence européenne des médicaments (EMA) qui a déclaré précédemment qu’un vaccin utilisable ne sera probablement pas disponible avant un an.

Le président de la Commission s’appuie sur la recherche allemande, entre autres, de la société pharmaceutique CureVac, qui était plus nouvelle parce que le président Trump se prévaudrait de leurs inventions. Le CureVac espère pouvoir tester un vaccin sur un petit groupe de sujets cet été. Si ce test réussit, un essai à plus grande échelle sera entrepris. L’entreprise espère qu’en cas de succès, la procédure d’admission pourra être accélérée.

A lire aussi : Comment décoller le placenta ?

À la Medizinischen Hochschule Hanovre est en cours d’expérimentation avec un moyen qui est réellement destiné à lutter contre la tuberculose. Cet été aussi, un essai sera lancé.

Tant qu’il n’y aura pas de vaccin, les personnes âgées dans les maisons de soins infirmiers resteront isolées, estime Von der Leyen. Elle espère que les règles relatives à la liberté de circulation seront plus assouplies pour les enfants et les jeunes. Dans d’autres domaines aussi, il n’y a pas de reprise de la vie normale. Les femmes les plus hautes de l’UE recommandent que les citoyens ne réservent pas encore de vacances d’été. « Personne ne peut faire de prévisions fiables pour juillet et août en ce moment. »

A voir aussi : Peut-on guérir le diabète ?

Ce sont toutes des choses sur lesquelles Von der Leyen ne peut se prononcer, car les États membres de l’UE poursuivent tous leurs propres politiques. La Commission avait souhaité présenter une stratégie de sortie la semaine dernière, mais elle a dû la reporter à la suite de réactions de colère des États membres. Selon le président, elle ne veut pas prescrire quoi que ce soit de l’Union : « Je ne veux pas de décisions générales , alors que la situation à Milan est complètement différente de celle de Münster, et qu’il existe des différences importantes entre les zones urbaines et rurales. »

cc photo : Renouveler l’Europe

vous pourriez aussi aimer