Augmentation mammaire : le mode d’emploi

Plusieurs femmes se plaignent de la taille de leurs seins. Le plus souvent, cela survient à la suite d’une perte de poids, d’un allaitement ou encore d’un problème vécu depuis la jeunesse. Dans l’un ou l’autre des cas, cette situation entraîne chez la plupart d’entre elles une souffrance psychologique sans pareil. Heureusement, il est aujourd’hui possible de recourir à l’augmentation mammaire pour remédier au fait. De quoi s’agit-il concrètement ? Réponses dans cet article.

Augmentation mammaire : ce qu’il faut savoir

L’augmentation mammaire est une opération chirurgicale esthétique. Elle vise à changer la morphologie de la poitrine à partir de l’utilisation des implants en silicone. Ceux-ci se déclinent d’ailleurs sous différentes formes, lesquelles peuvent facilement s’adapter à toutes les morphologies. En effet, le choix d’augmenter ses mammaires peut être motivé par diverses raisons. Entre autres, on a :

A lire aussi : Comment un médecin généraliste est-il rémunéré ?

  • Une asymétrie de la poitrine ;
  • Le désir d’améliorer la silhouette de son corps ;
  • La reconstruction du sein à la suite d’une ablation ;
  • Le raffermissement observé au niveau des seins après une grossesse ;
  • Le manque de volume des seins par rapport aux autres parties du corps.

Quelle que soit la motivation qui sous-tend l’opération esthétique, il faudrait que le choix soit personnel. Et pour cela, il faut une préparation aussi bien physique que mentale et une meilleure analyse de votre état de santé. À cela doit s’ajouter un respect strict des directives du chirurgien. Quoi qu’il en soit, l’augmentation mammaire participera à l’amélioration de la silhouette et de l’estime de soi de la patiente. Cependant, elle peut ne pas changer la perception des autres ou la qualité des relations avec ces dernières.

A lire aussi : Que savoir de la dysfonction érectile ?

Les techniques chirurgicales d’augmentation mammaire existantes

L’augmentation mammaire peut être réalisée de deux différentes façons. On : le transfert graisseux et l’utilisation des implants.

Le transfert graisseux

Avec un transfert graisseux, la reconstruction des mammaires se fait à partir de la graisse de la patiente. Mais, il faudrait que celle-ci dispose d’une importante réserve de graisse, que ce soit au niveau des hanches, du ventre ou à l’intérieur des cuisses. Dans l’un ou l’autre de cas, le chirurgien introduit la graisse de la patiente à partir de petites injections. Ces injections laissent généralement des séquelles plutôt discrètes.

L’avantage avec la technique d’augmentation mammaire par transfert graisseux est qu’elle donne aux seins un aspect naturel. La liposuccion effectuée sur d’autres zones du corps quant à elle confère une certaine harmonie à l’ensemble de la silhouette. Toutefois, il faut souligner que cette méthode permet d’obtenir des seins dont la taille serait proportionnelle à celle d’un bonnet de soutien-gorge.

Les implants mammaires

Les implants mammaires sont composés d’une solution saline et de silicone. Lors d’une opération d’augmentation mammaire, ils sont introduits par une incision dans la poitrine de la patiente. Notons que les implants peuvent se présenter sous une forme ronde. Ainsi, ils ont une certaine facilité à couvrir l’ensemble de la poitrine. En outre, on peut aussi avoir des implants en forme de goutte d’eau. Ces derniers ont l’avantage d’apporter plus de volume au niveau de la partie inférieure du sein. Généralement, ils bénéficient d’un volume compris entre 80 et 600 millilitres. Cela permet d’avoir plusieurs possibilités d’augmenter les mammaires, et ce, de façon individuelle.

Le déroulement d’une opération d’augmentation mammaire

Avant le déroulement de l’opération, le médecin prend le soin de détailler les phases de l’intervention à la patiente. Cela se fait durant un entretien réalisé de façon approfondie. À l’occasion, il attire aussi l’attention de la patiente sur les éventuelles complications qui pourraient découler de l’opération. La plupart du temps, l’augmentation mammaire se réalise sur deux jours. L’opération chirurgicale elle-même se fait durant une heure et demie environ. Pour y arriver, le médecin crée une voie pour accéder au sein grâce à l’incision sur quelques centimètres. Cela se fait souvent dans la zone du pli infra mammaire.

En effet, l’ouverture de cette voie est une porte à l’insertion de l’implant. En fonction de la procédure utilisée, il se peut que le muscle du sein soit ouvert à la phase de l’installation de l’implant. Une fois l’opération achevée, l’incision cutanée préalablement effectuée est refermée avec l’utilisation de fils résorbables. Dès lors, on soulage le sein grâce à un bandage de soutien.

vous pourriez aussi aimer